L’ORTHOPHONIE : SPECIALITE AUX MULTIPLES FACETTES .

Le terme ORTHOPHONIE est composé de 2 racines grecques

« ORTHO » « qui implique une nuance d’exigence et de rigueur », et

« PHONIE » « qui fait chanter les voix à tous les échos des phonèmes ».

Orthophonie, logopédie, thérapie du langage (speech thérapy), thérapie de la communication sont autant de terminologie qui ne recouvrent pas entièrement les activités des Orthophonistes.

L’ORTHOPHONIE

L’ORTHOPHONIE est une SPECIALITE aux multiples facettes qui se situe au carrefour de plusieurs disciplines (la phonétique, la linguistique, la psycholinguistique, la neurolinguistique, la neurologie, la neuropsychologie, la pédagogie…) pour ne citer que celles-là.

La pratique orthophonique ne se limite pas à la simple connaissance de ces différentes disciplines car elle est concernée par leur évolution.

L’étendue du champ de compétence de l’Orthophoniste, l’évolution des pratiques, la publication de textes de recommandation et de conférence de consensus par l’ANAES dans les domaines du Langage Oral et Ecrit, de la Neurologie, de l’ORL, ont conforté la reconnaissance de la spécificité de l’orthophonie, de sa place dans le système de santé et de la mission de l’orthophoniste dans la chaîne de soins. Ajouter à cela le développement des nouvelles technologies de communication, rende la formation continue INDISPENSABLE.

En effet, la formation continue doit prendre en compte la place de l’Orthophonie dans le domaine de la prévention des troubles de la communication et dans la chaîne de soins.

Elle doit également prendre un caractère multidisciplinaire et interprofessionnel.

Elle doit être organisée et gérée par la profession elle-même et à terme devenir obligatoire.

La prévention et la formation sont des éléments incontournables d’une politique cohérente de santé.

La prévention doit concerner l’ensemble des troubles de la communication à tous les âges de la VIE.

Il apparaît dès lors souhaitable d’établir autour du patient une interdisciplinarité par une organisation NON-HIERARCHISEE de la chaîne de soins, quel que soit le mode d’exercice professionnel.

L’Orthophonie est une SCIENCE et un ART.

L’ORTHOPHONISTE

En Guadeloupe, le rapport entre Orthophoniste et Patient a lieu, le plus souvent dans un contexte, en fait de Bilinguisme. Mais dans bien des cas il s’agit de Bilinguisme soustractif car le Créole et le Français ont un statut différent quoiqu’on dise.

Les prises en charge orthophonique mettent souvent en exergue les difficultés des patients face aux deux langues.

Ce constat essentiel interpelle notre responsabilité et induit le questionnement suivant :

  • Au-delà de la connaissance de la langue créole, est-il nécessaire de connaître les règles sociétales d’usage de cette langue ?
  • Au problème d’ordre strictement linguistique du créole, s’ajoute-t-il donc une difficulté d’ordre sociolinguistique ?
  • Quelles peuvent être les difficultés de l’évaluation et du traitement lorsqu’on ne maîtrise pas la langue du patient ?
  • Comment approcher la difficulté de la diglossie, du bilinguisme, du multilinguisme ?
  • Comment exercer notre responsabilité individuelle ?

Cette problématique de l’exercice professionnel éclaire nos prises en charge orthophoniques comme une petite veilleuse.

L’orthophoniste est un thérapeute de la communication verbale et non verbale du Langage…

Il assume la responsabilité de la prévention, de l’évaluation, du traitement des troubles de la voix, de la parole, du langage oral et écrit, du calcul, du raisonnement logico-mathématique, des troubles neurologiques et neurogénératifs.

Il intervient auprès des enfants, des adolescents, des adultes et des personnes âgées.

Plusieurs facteurs interviennent dans la pratique thérapeutique.

Ils reflètent la compétence professionnelle du thérapeute dans laquelle interfèrent et jouent en même temps des facteurs d’ordre technique et d’ordre relationnel.

Les techniques orthophoniques, adaptées au traitement de la pathologie, relèvent tout autant de disciplines de base que du savoir-faire et du savoir-être du praticien.

En orthophonie, la technique est un instrument médiateur.

Loin d’être rejetée ou minimisée elle est un élément central de l’action thérapeutique mais elle est repensée, réinvestie.

Elle est en filigrane dans la relation thérapeutique et reste à la disposition du sujet.

Ainsi, elle joue un rôle au niveau du réel, de l’imaginaire et de la symbolique.

L’Orthophoniste détient une certaine science de la pathologie du langage – théorie et pratique- constamment élargie et approfondie par une formation personnelle acquise, par des démarches variées mais visant toutes à une remise en question et une prise de conscience de son propre fonctionnement.

L’Orthophoniste a une certaine conception de sa fonction et de son rôle et se révèle apte à élaborer, pour chaque patient qu’il lui est confié, un projet cohérent en réponse à la demande qu’il lui est adressée.

En plus de sa compétence professionnelle, l’Orthophoniste doit être douée de capacités particulières.

L’Orthophoniste doit être à la fois solide et mobile.

Solide, c’est–à-dire solidement charpenté dans sa formation professionnelle (formation initiale, formation continue) et dans son équilibre personnel et en même temps être tranquille et sûr de l’approche thérapeutique qu’il propose.

Mobile, aussi, c’est à dire prêt à démarrer vite, à comprendre et à mobiliser instantanément plusieurs registres d’interventions, être capable d’innover et de s’adapter à chaque patient car l’orthophoniste joue plusieurs rôles : il est le thérapeute, il est l’interlocuteur.

Ses interventions se font dans une attitude d’écoute et d’ouverture.

Par sa formation (initiale et continue) et par sa pratique, l’orthophoniste acquiert tout un SAVOIR qui constitue un STOCK indispensable, prêt à se mobiliser dans des expériences nouvelles et à adapter au mieux son approche, son « STYLE » à chaque CAS.

On ne peut exercer ce métier sans que se mêlent technique et création, travail méthodique et imagination, rigueur et liberté.

CONCLUSION

On ne peut améliorer le Langage et la Communication sans prêter attention à l’environnement dans lequel le patient évolue, sans prêter attention à l’« écologie linguistique ».

L’Orthophoniste est d’autant plus efficace qu’il dispose d’outils et de méthodes pour le traitement de son patient.

Mais, on ne s’improvise Orthophoniste.

Il faut une évolution personnelle à partir de la pratique professionnelle.

Il faut développer ses capacités d’écoute, pouvoir porter sur soi-même un regard éclairé, repérer ses propres projections afin de tenir sa JUSTE place dans le monde de la Santé et ainsi mieux répondre aux situations si variées que lui révèlent chaque séance.

« Fort de la nudité, riche des peuples sans racines » et conscient que la formation et la compétence passent par l’acquisition des connaissances scientifiques, nous construirons patiemment une profession ouverte, forte, moderne, sereine et respectée.

L’Orthophoniste

  • doit avoir un esprit critique et créateur,
  • et devra faire preuve d’indépendance, de rigueur et d’HUMILITE.

L’Orthophonie n’est pas une discipline achevée, elle évolue, elle s’adapte, elle affirme de plus en plus son rôle dans la société.